Scéne 9 : Richard Strauss :
Est-ce qu'il a plu.

Scène 4 : Georges Aperghis :
Pourquoi. Pourquoi. D'autre part.

Scène 1 : Richard Strauss:
La route changea de direction, ils virèrent dans la lumière comme trois pivots d'or et disparurent à mes yeux.

Scène 2 : Dimitri Chostakovitch :
Qu'on ne vienne pas me parler des vitraux. Pour un personnage les voyages s'ouvrent toujours sur un serrement de coeur.

Scène 16 : Richard Strauss
L'esprit humain est toujours à l'aise.  ceux qui étaient près d'elle faisaient signe à ceux qui plus loin fumaient ou jouaient aux cartes, de se rapprocher, qu'il se passait quelque chose, leur disant comme on fait au Reichstag dans les moments intéressants : Écoutez, écoutez..

Scène 20 : Richard Strauss :
Patience, le bon Dieu les punit toutes par un beau jour, disait-elle, avec le regard latéral et l'insinuation de Joas pensant exclusivement à Athalie quand il dit : Le bonheur des méchants comme un torrent s'écoule.

Scène 7 : John Adams :
Je suis sûre que tu seras de mon avis. Un personnage ne voit l'univers qu'à travers le scanner des portées d'une partition.

Scène 18 : Jean-Baptiste Pergolèse
Pourquoi. Pourquoi. Et Billy. Mon père curieux, irrité et cruel, reprit.