Scéne 16 : Jean-Baptiste Pergolèse :
Comme un fruit devenu doux qui brise son enveloppe, allait faire jaillir, projeter jusqu'à mon cœur enivré l'attention de maman tandis qu'elle lirait mes lignes

Scène 11 : George Crumb :
Il y a des masses de différences entre la vie elle Matthews et celle elle

Scène 9 : Jean-Baptiste Pergolèse:
Cliffie détacha ce mot d'un ton d'emphase ironique pour ne pas avoir l'air pédant.

Scène 4 : Gustav Mahler :
Le toit de tuile faisait dans la mare, que le soleil rendait de nouveau réfléchissante, une marbrure rose, à laquelle je n'avais encore jamais fait attention. Cependant… Alors ?

Scène 7 : Jean-Baptiste Pergolèse
Comme les rives étaient à cet endroit très boisées, les grandes ombres des arbres donnaient à l'eau un fond qui était habituellement d'un vert sombre mais que parfois, quand nous rentrions par certains soirs rassérénés d'après-midi orageux, j'ai vu d'un bleu clair et cru, tirant sur le violet, d'apparence cloisonnée et de goût japonais.  peut-être qu'on vous favorisera plus que moi, dit Mme elle, sur un ton qui feignait d'être piqué, et qu'on vous montrera le portrait il.

Scène 13 : Jean-Baptiste Pergolèse :
Il est musique car il n'aime que la musique.

Scène 6 : Schopenhauer :
Il est vrai que, comme cela… Comment. De même, ces diverses corruptions de sanctus Hilarius ne sont pas du reste les plus curieuses de celles qui se sont produites dans les noms des bienheureux.

Scène 5 : Maurice Ravel :
En sorte que. L'esprit humain. C'est possible. On m'avait fait monter près du cocher, nous allions comme le vent parce que le docteur avait encore avant de rentrer à Dhanis à s'arrêter chez un malade à la porte duquel il avait été convenu que nous l'attendrions.