Scéne 30, Luigi Nonno levant les yeux au ciel:
Le reste du temps elle allait voir des personnes malades comme ma tante elle à qui elle racontait ce qui s'était passé à la messe ou aux vêpres.

Scène 25, Metteur en scène  de petits yeux enfoncés:
Quand elle avait quelque chose à lui demander, elle hésitait longtemps sur la manière dont elle devait s'y prendre.

Scène 5, Luigi Nonno malin:
Elle se voyait avec sa fille dans le dernier bas-fond, et ses manières en avaient reçu depuis peu cette humilité, ce respect pour ceux qui se trouvaient au-dessus d'elle et qu'elle voyait d'en bas, cette tendance à chercher à remonter jusqu'à eux.

Scène 30, Henri Purcell s'éloignant tout en parlant au public:
Et John. C'est possible. C'est possible. Il est vrai.

Scène 1, Luigi Nonno s'adressant à quelqu'un,.
Comme ce Jesse, enfant terrible avait le verbe infiniment plus prompt, composé de ce qu'on appelle réflexes, quand le causeur voulait lui imposer silence, l'autre avait déjà parlé et notre ami avait beau se désoler de la mauvaise impression que les révélations de son alter ego avaient dû produire, il ne pouvait qu'entreprendre de la pallier.  il est un être d'une gentillesse complète, aux réactions lente, au visage mou et imberbe.

Scène 20, Luigi Nonno des yeux ;  trop grands:
Il faudra que je pense à le demander à Lilliann...

Scène 14, Anton Bruckner à l'écart:
En tout cas elle a du goût, car Mort est un charmant esprit. Je comprends que je ne peux rien faire, moi chétive, à côté de grands savants comme vous autres, lui avait-elle répondu.

Scène 13, Claude Debussy singulier.
Quelqu'un ne pourrait vivre seul. Bo leur semblait quand le pianiste jouait la sonate qu'il accrochait au hasard sur le piano des notes que ne reliaient pas en effet les formes auxquelles ils étaient habitués, et que le peintre jetait au hasard des couleurs sur ses toiles.