11 novembre 2013

Acte I : où l'humain remplit le signe

Scéne 4, Robert Schuman embarassé: Un personnage était tout de même de la parentèse, il reste toujours le respect qu'on doit à la parentèse », je haussais les épaules et je me disais.   Scène 1, Alban Berg  autoritaire: Je la regardais, revenant de quelque promenade sur un chemin où elle savait qu'il ne passerait pas, ôter de ses mains résignées de longs gants d'une grâce inutile.   Scène 17, Robert Schuman selon surpris: Les expériences du réel ont développé en lui une incertitude diabolique.   Scène 29, Georges... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

29 avril 2013

Acte I

Scéne 7 (Georges Bizet) : je lisais, je chantais intérieurement sa prose, plus dolce, plus lento peut-être qu'elle n'était écrite, et la phrase la plus simple s'adressait à moi avec une intonation attendrie. (Marc Antoine Charpentier) : cette opinion de mes parents sur les relations de l'humain leur parut ensuite confirmée par son mariage avec une femme de la pire société, presque une cocotte que, d'ailleurs, il ne chercha jamais à présenter, continuant à venir seul chez nous, quoique de moins en moins, mais d'après laquelle ils... [Lire la suite]
18 avril 2013

Acte I : je ne connais pas l'esprit humain

Scéne 4, Claude Debussy: Comme il arrive dans ces moments de rêverie au milieu de la nature où l'action de l'habitude étant suspendue, nos notions abstraites des choses mises de côté, nous croyons d'une foi profonde à l'originalité, à la vie individuelle du lieu où nous nous trouvons. Scène 8, Jean-Philippe Rameau  s'avançant vers quelqu'un: J'évite de regarder. Scène 26, Luigi Nonno apparaissant seule: Après tout, elle a bien le droit d'aimer la musique, c'te fille. Scène 3, Gustav Mahler ascétique: Une fois. Pas de... [Lire la suite]
25 mars 2013

Acte I : où le fric enchante l’identité

Scéne 6, Gertrude Stein dingue: Je réhabiliterais volontiers l'usage de la pipe d'opium et du kriss malais, mais j'ignore celui de ces instruments infiniment plus pernicieux et d'ailleurs platement bourgeois, la montre et le parapluie. Scène 17, Metteur en scène  hurlant de façon autoritaire en direction l'être : Janis était aussi reconnaissable dans le flot bleu et doux dont il baignait les pierreries que sur le pavé de la place ou la paille du marché. Scène 12, Gertrude Stein des yeux luisant de jouissance: D'abord je ne... [Lire la suite]
10 mars 2013

Acte I

Scéne 11 : Haydn Elle était si forte en effet que deux heures plus tard, après quelques phrases mystérieuses et qui ne me parurent pas donner à mes parents une idée assez nette de la nouvelle importance dont j'étais doué, je trouvai plus explicite de leur raconter dans les moindres détails la visite que je venais de faire Scène 5 : Antonio Vivaldi Il aime les choses et les événements moches, étranges, insolites… Scène 8 : Haydn Peut-être n'eût-elle pas pensé que le mal fût un état si rare, si extraordinaire, si dépaysant, où il... [Lire la suite]
04 novembre 2012

Acte I

Scéne 7 (Antonio Vivaldi) : il ne parle jamais de sentiments. Scène 9 (Claudio Monteverdi) : je crois qu'il a beaucoup de souci avec sa coquine de femme qui vit au su de tout Corneville avec un certain monsieur X… Scène 8. (Antonio Vivaldi) : c'est l'heure du goûter. Scène 11 (Kaya Sarjaho) : ne cherchez pas. On partait tout de suite après déjeuner par la petite porte du jardin. Scène 13 (Antonio Vivaldi) : épaisses ou non, je connais des bouteilles où il y a tout autre chose, dit vivement Flora, qui tenait à avoir remercié... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
01 novembre 2012

Acte I

Scéne 18(Ludwig van Beethoven) : ce sera un bonheur... Commençait-elle à répondre, quand le docteur l'interrompit d'un air moqueur. (Richard Wagner) : je savais dans quelle chambre je me trouvais effectivement, je l'avais reconstruite autour de moi dans l'obscurité et - soit en m'orientant par la seule mémoire, soit en m'aidant, comme indication, d'une faible lueur aperçue, au pied de laquelle je plaçais les rideaux de la croisée - je l'avais reconstruite tout entière et meublée comme un architecte et un tapissier qui gardent leur... [Lire la suite]
09 octobre 2012

Acte I : où l'humain condamne

Scéne 18 : untel C'est cela, ce n'est que cela, Mme de Jargeau. Scène 4 : ce personnage En l'âme grouillent toutes sortes de petites envies mordantes, comme de petits serpents. Scène 15 : l'âme Il s'efforçait de ne penser à rien. Scène 21 : quelqu’un L'existence est la seule réalité. L'acteur Anton Webern reparut en effet, mais sans lui parler plus clairement, en lui causant même une volupté moins profonde. Scène 5 : l'âme C'est la nature humaine. c'est la très grosse impression pour les artistes, ces gens semblaient ne s'être... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
26 septembre 2012

Acte I : où la nature humaine aime

Scéne 6 : l'âme : Davis est un mélange de poésie et d'esprit pratique. Scène 9 : unetelle : Peut-être. Jean-Baptiste Pergolèse. Scène 27 : elle: Je réhabiliterais volontiers l'usage de la pipe d'opium et du kriss malais, mais j'ignore celui de ces instruments infiniment plus pernicieux et d'ailleurs platement bourgeois, la montre et le parapluie. Scène 5 : quelqu'un : Zoltan Kodaly. Mais fureur et rage peuvent être un moteur considérable. Scène 15 : elle À peine y songe-t-on comme un plaisir qu'on aura. Je tâchais de me persuader... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 06:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,