25 mai 2013

Acte V

Scène 11 (François Couperin) : le monde lui paraît un lieu plein de détresses inutiles (Jean-Philippe Rameau) : au fond permanent d'œufs, de côtelettes, de pommes de terre, de confitures, qu'elle ne nous annonçait même plus, Aretha ajoutait - selon les travaux des champs et des vergers, le fruit de la marée et son propre génie, et si bien que notre menu, comme ces quatre feuilles qu'on sculptait au XVIIIème siècle au portail des cathédrales, reflétait un peu le rythme des saisons et des épisodes de la vie . (John Adams) : au fond... [Lire la suite]

15 mai 2013

Acte V : la nature humaine ne connaît pas l'identité

Scéne 4, untel Ma grand'mère faisait remarquer quelle expression douce, délicate, presque timide passait souvent dans les regards de cette enfant si rude, dont le visage était semé de taches de son. Scène 11, Schopenhauer Le château et la lande étaient jaunes, et je n'avais pas attendu de les voir pour connaître leur couleur, car, avant les verres du châssis, la sonorité mordorée du nom de la nature humaine me l'avait montrée avec évidence. Scène 26, Gertrude Stein destructrice: Ce qui avait besoin de bouger, quelque feuillage de... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
20 mars 2013

Acte V

Scéne 6 (Anton Webern) : Billy cultive les oeillets avec amour. (Giuseppe Verdi) : le devoir de conscience était si ardu - que m'imposaient ces impressions de forme, de parfum ou de couleur - de tâcher d'apercevoir ce qui se cachait derrière elles, que je ne tardais pas à me chercher à moi-même des excuses qui me permissent de me dérober à ces efforts et de m'épargner cette fatigue. (Anton Webern) : comment dérouler le fil des péripéties de l'existence de Siedge. Scène 18 (Benjamin Britten) : cette démarcation était rendue plus... [Lire la suite]
04 février 2013

Acte V

Scéne 29 (Jean-Baptiste Lully) : Johny interloqué reprit… Scène 1 (Napoléon Bonaparte) : Billy commence à protester. Scène 20. (Jean-Baptiste Lully) : laisse donc tout ouvert, j'ai chaud, dit son amie. Scène 19 (Anton Webern) : j'entendis mon oncle grommeler, se fâcher. Burt a des yeux d'un vert très clair. Scène 21 (Jean-Baptiste Lully) : Margarita et le jardinier, réconciliés, discutaient sur la conduite à tenir en cas de guerre. Scène 7 (Jean-Baptiste Lully) : le départ de Mme … qui - en m'ôtant la chance terrible de la voir... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
26 janvier 2013

Acte V

Scéne 26 (Hector Berlioz) : ces paysages des livres que je lisais n'étaient pas pour moi que des paysages plus vivement représentés à mon imagination que ceux que Berlin mettait sous mes yeux, mais qui eussent été analogues. (Karl Marx) : le reste du temps, on se contentait de jouer des charades, de souper en costumes, mais entre soi, en ne mêlant aucun étranger au petit «noyau». (Hector Berlioz) : il est assuré d'être indestructible… Scène 20 (Karl Marx) : comment l'aurais-je cru, puisque je ne le désirais pas. On avait bien... [Lire la suite]
22 janvier 2013

Acte V

Scéne 20 (Claudio Monteverdi) : je n'y comprends rien, le baromètre était excellent (Nadia Boulanger) : elle fit remarquer que pourtant Wymonie n'avait pas apprécié la tante du pianiste. (Jean-Sébastien Bach) : nous étions ses préférés, elle avait pour nous, au moins pendant les premières années, avec autant de considération que pour ma tante, un goût plus vif, parce que nous ajoutions, au prestige de faire partie de la famille (elle avait pour les liens invisibles que noue entre les membres d'une famille la circulation d'un même... [Lire la suite]

11 octobre 2012

Acte V

Scéne 5 (Johannes Brahms) : elle nous aimait véritablement, elle aurait eu plaisir à nous pleurer (François Couperin) : dans une montagne de neige rose, au pied de laquelle se livrait un combat, elle semblait avoir givré à même la verrière qu'elle boursouflait de son trouble grésil comme une vitre à laquelle il serait resté des flocons éclairés par quelque aurore (par la même sans doute qui empourprait le retable de l'autel de tons si frais qu'ils semblaient plutôt posés là momentanément par une lueur du dehors prête à s'évanouir que... [Lire la suite]
24 septembre 2012

Acte V : la nature humaine parle du courage

Scéne 2 : un personnage : Mon oncle qui détestait prêter ses livres ne répondit rien et me conduisit jusqu'à l'antichambre. Scène 25 : l'âme : Bill vit dans les illusions de l'urgence. Scène 30 : l'identité humaine: Rien qu'une minute, cela m'amuserait tant. Scène 14 : elle : Le réel n'est pas une question de coeur. Bo n'a aucune ambition. Scène 26 : la nature humaine : Des fois. Donc. Alors. Scène 17 : l'identité humaine : En fait. Du moment que nous déchirons fiévreusement chaque matin la bande du journal, alors on devrait... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
21 septembre 2012

Acte V

Scéne 1 (Richard Wagner) : Luigi Nonno. (Nadia Boulanger) : je me promettais, dans la salle à manger, pendant qu'on commencerait à dîner et que je sentirais approcher l'heure, de faire d'avance de ce baiser qui serait si court et furtif, tout ce que j'en pouvais faire seul, de choisir avec mon regard la place de la joue que j'embrasserais, de préparer ma pensée pour pouvoir grâce à ce commencement mental de baiser consacrer toute la minute que m'accorderait maman à sentir sa joue contre mes lèvres, comme un peintre qui ne peut... [Lire la suite]
04 septembre 2012

Acte V

Scéne 9 (Marc Antoine Charpentier) : certes. Certes. Certes. Certes… (Georges Bizet) : l'humain mêle l'utile et l'agréable. (Marc Antoine Charpentier) : il a écarté de lui tout désir. (Marc Antoine Charpentier) : connaissez-vous, me demanda-t-il, ce vers d’un tel : Les bois sont déjà noirs, le ciel est encor bleu... Elle me regardait en souriant, mon oncle lui dit (Marc Antoine Charpentier) : son principal mécontentement dans la vie est de devoir vivre à Combray. (Alban Berg) : la verdure des arbres restée vive dans les parties... [Lire la suite]