26 septembre 2013

Acte VI : où l'identité peine

Scéne 12 : Zoltan Kodaly : La nature humaine semble attendre quelque chose de l'existence. Scène 8 : Richard Wagner : Les soupçons que pouvait parfois lui inspirer June n'étaient qu'un feu de paille et tombaient vite, faute d'aliment, Linda n'habitant pas la maison. Scène 22 : Zoltan Kodaly: Ivan a dix huit ans dans quelques jours. Scène 26 : Alban Berg : Ce jugement d'ordre social, unetelle le portait exactement comme l'eût fait l'habitant de Pluvigner qui lui eût été le plus hostile. Isadora et ma tante appréciaient-elles... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

18 juillet 2013

Acte VI : où l'être regarde

Scéne 29, Luigi Cherubini: Je crois que vous connaissez Ivan Fedele. Scène 9, Louis XIV  faisant le numéro de téléphone: Je vous fais perdre votre temps, ma fille. Scène 7, Maurice Ravel à elle: Je les ai vus en 70. Scène 19, Béla Bartok regard : Le fric ne l'intéresse pas. Ceux-ci étant partis en tournée, elle ne put pas en savoir davantage. Scène 12, Anton Bruckner. Je ne savais même pas au premier instant qui j'étais.  il reste lointain. Scène 15, Maurice Ravel il porte des lunettes d'or: Non, non, pas ma sonate. ... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
13 janvier 2013

Acte VI

Scéne 3 (Anton Webern) : ce fut avec elle, avec son sol imaginaire traversé de cours d'eau bouillonnants, que La Tour d'Aigues, changeant d'aspect dans ma pensée, s'identifia, quand j'eus entendu le docteur untel nous parler des fleurs et des belles eaux vives qu'il y avait dans le parc du château. (Monsieur de Sainte-Colombe) : Laredo, était en contrebas d'un monticule buissonneux, où je m'étais caché. (Anton Webern) : Elton ne s'enfermait pas dans l'édifice de ses relations, mais en avait fait, pour pouvoir le reconstruire à pied... [Lire la suite]
11 janvier 2013

Acte VI : où la nature humaine en appelle à la volonté

Scéne 12, Johann Strauss affreux: L'esprit humain n'a jamais été satisfait de rien. Scène 9, Luigi Cherubini  calmant l'identité d'un signe de la main: Les pensées entraient bien en lui, mais à condition de laisser dehors tout élément de beauté ou simplement de drôlerie qui m'eût touché ou distrait. Scène 26, Johann Strauss expliquant: Cette petite scène qui se renouvelait chaque fois que le pianiste allait jouer enchantait les amis, comme une preuve de la séduisante originalité de la Patronne et de sa sensibilité musicale. ... [Lire la suite]
06 janvier 2013

Acte VI

Scéne 1 : Wolfgang Amadeus Mozart : La vie extérieure la ligote Scène 19 : Samuel Barber : Elle, disant à Sarah qu'elle a à se départir du côté d'Isaac Scène 3 : Wolfgang Amadeus Mozart: Je la suivis.Georges Aperghis : Toute forme de dualisme est contre nature. C'est ainsi que. L'humain, il est vrai… Scène 18 : Wolfgang Amadeus Mozart Elle n'a jamais éprouvé aucun authentique désir. combien depuis ce jour, dans mes promenades du côté de Rome, il me parut plus affligeant encore qu'auparavant de n'avoir pas de dispositions pour les... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
07 novembre 2012

Acte VI

Scéne 27 : Johannes Brahms : Nigel allait les rejoindre n'importe où, quelquefois dans les restaurants de banlieue où on allait peu encore, car ce n'était pas la saison, plus souvent au théâtre, que Mme Wes aimait beaucoup. Scène 28 : Metteur en scène : Désormais. Et. Et Lester. Scène 21 : Johannes Brahms: Cependant… Scène 13 : Richard Strauss : Ce personnage n'a jamais su quoi faire de ses mains. Quand j'essaye de faire le compte de ce que je dois, je me rappelle que c'est cet automne-là, que je fus frappé de ce désaccord entre... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

17 octobre 2012

Acte VI : où l'humain plaisante

Scéne 8 : Dimitri Chostakovitch : Et. Et. De plus. Et. Bientôt ma tante pouvait tremper dans l'infusion bouillante dont elle savourait le goût de feuille morte une petite madeleine dont elle me tendait un morceau. Quand on semblait entrer dans une série de beaux jours. Maman riait de ses craintes, pensant à part elle que le danger n'était pas si menaçant, que il ne serait pas si pressé de nous mettre en relations avec sa sœur. Les bluets, les pommiers qu'il m'arrive quand je voyage de rencontrer encore dans les champs, parce qu'ils... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 septembre 2012

Acte VI

Scéne 18 (George Crumb) : ce n'est pas un des meilleurs, ce n'est guère qu'un journal merveilleusement écrit, ce qui fait déjà une première différence avec les assommants journaux que nous nous croyons obligés de lire matin et soir. (Nadia Boulanger) : la finesse. (George Crumb) : non pas exactement. Et Alexandra. Scène 17 (Luigi Nonno) : déjà homme par la lâcheté, je faisais ce que nous faisons tous, une fois que nous sommes grands, quant il y a devant nous des souffrances et des injustices : je ne voulais pas les voir. Unetelle... [Lire la suite]
20 septembre 2012

Acte VI : où l'humain bourdonne

Scéne 9 : Richard Strauss : Est-ce qu'il a plu. Scène 4 : Georges Aperghis : Pourquoi. Pourquoi. D'autre part. Scène 1 : Richard Strauss: La route changea de direction, ils virèrent dans la lumière comme trois pivots d'or et disparurent à mes yeux. Scène 2 : Dimitri Chostakovitch : Qu'on ne vienne pas me parler des vitraux. Pour un personnage les voyages s'ouvrent toujours sur un serrement de coeur. Scène 16 : Richard Strauss L'esprit humain est toujours à l'aise.  ceux qui étaient près d'elle faisaient signe à ceux qui plus... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
19 septembre 2012

Acte VI : où l'être dément

Scéne 6 : Gertrude Stein : Par bouffées avec sa grâce inconsciente son sourire un personnage rayonne. Scène 7 : Béla Bartok : Je résolus de m'abstenir de ce geste insuffisant et je détournai la tête. Scène 10 : Gertrude Stein: Je ne connais pas la nature humaine. Scène 11 : Johann Strauss : Je suis sûr que dans un livre - et en cela j'étais bien moi-même comme Marie Anne - cette conception du deuil d'après la chanson de Roland et le portail de Saint-Bill. Les procédés de narration destinés à exciter la curiosité ou... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,