24 janvier 2014

Acte VIII, Scéne 5

(Schopenhauer) : Ringo joue avec le danger et la morale et c'est ce qui l'excite (Giuseppe Verdi) : c'est drôle, je pense très souvent à ma pauvre femme, mais je ne peux y penser beaucoup à la fois. (Schopenhauer) : peut-être, peut-être  disait Pamela pour ne pas écarter définitivement la possibilité d'une alternative plus favorable. (Hector Berlioz) : les correspondances sont innombrables. Demain soir était encore lointain (Schopenhauer) : la vie passe emportant les actes. (Georges Bizet) : untel tient, m'a-t-on dit, l'auteur,... [Lire la suite]

01 avril 2013

Acte VIII

Scéne 7 (Robert Schuman) : les clochers paraissaient si éloignés et nous avions l'air de si peu nous rapprocher d'eux, que je fus étonné quand, quelques instants après, nous nous arrêtâmes devant l'église de Sausset-les-Pins (Louis XIV) : ce sentiment intime, immédiat, que j'avais du néant de ma pensée, prévalait contre toutes les paroles flatteuses qu'on pouvait me prodiguer, comme chez un méchant dont chacun vante les bonnes actions, les remords de sa conscience. (Monsieur de Sainte-Colombe) : je ne pouvais supposer que mes parents... [Lire la suite]
20 décembre 2012

Acte VIII

Scéne 16(Monsieur de Sainte-Colombe) : nos torts même font difficilement départir de ce qu'elles nous doivent ces natures dont ma grand'tante était le modèle, elle qui, brouillée depuis des années avec une nièce à qui elle ne parlait jamais, ne modifia pas pour cela le testament où elle lui laissait toute sa fortune, parce que c'était sa plus proche parente et que cela se devait. Scène 4(Robert Schuman) : au fond, dit-elle en se tournant vers Samuel Barber, on nous défend à nous autres femmes des choses moins voluptueuses que cela. ... [Lire la suite]
04 décembre 2012

Acte VIII : où la nature humaine bouge

Scéne 30, Luigi Nonno levant les yeux au ciel: Le reste du temps elle allait voir des personnes malades comme ma tante elle à qui elle racontait ce qui s'était passé à la messe ou aux vêpres. Scène 25, Metteur en scène  de petits yeux enfoncés: Quand elle avait quelque chose à lui demander, elle hésitait longtemps sur la manière dont elle devait s'y prendre. Scène 5, Luigi Nonno malin: Elle se voyait avec sa fille dans le dernier bas-fond, et ses manières en avaient reçu depuis peu cette humilité, ce respect pour ceux qui se... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
27 novembre 2012

Acte VIII : où la nature humaine agit

Scéne 19 : quelqu'un : Cela ne veut pas dire… Scène 18 : ce personnage : Cela ne veut pas dire? Scène 25 : l'identité: Après le déjeuner, le soleil flânait une heure de plus au haut du ciel. Scène 13 : ce personnage : Demain il faudra que je rentre à Paris, dans ma niche. Là, Hilda, disait ma tante, quand je vous le disais qu'ils seraient allés du côté de Round Rock. Scène 29 : l'humain Peter a le regard vers le sol.  sa vie est en veilleuse. Scène 10 : elle : Ma grand'mère, elle, par tous les temps, même quand la pluie... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
26 octobre 2012

Acte VIII : où la nature humaine parle

Scéne 11 : l'esprit humain : Il y a toujours une part de vérité dans un roman Scène 14 : ce personnage : Disait Lila en voyant que ma tante ne l'y enverrait plus. Scène 19 : l'esprit humain: Unetelle disait… Scène 2 : un personnage : Bruce a toujours la tête dans les étoiles. C'était les événements qui survenaient dans le livre que je lisais; il est vrai que les personnages qu'ils affectaient n'étaient pas réels, comme disait Lila. Scène 7 : l'humain Demain soir était encore lointain, disait Mary avec la même hésitation et le... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
08 octobre 2012

Acte VIII

Scéne 14 (Jean XXIII) : le jaune de sa robe s'étalait si onctueusement, si grassement, qu'elle en prenait une sorte de consistance et s'enlevait vivement sur l'atmosphère refoulée (Antonio Vivaldi) : c'est déjà le matin. (Jean XXIII) : elle pensait qu'on doit mettre devant les enfants, et qu'ils font preuve de goût en aimant d'abord les œuvres que parvenu à la maturité, on admire définitivement. Scène 7 (Anton Webern) : je ne pouvais me décider à la quitter d'un pas en pensant que tout à l'heure il faudrait que je la laisse dans la... [Lire la suite]
27 septembre 2012

Acte VIII

Scéne 6 : Johannes Brahms (sa peau est éclatante) Scène 15 : Karl Marx : Nous avons tous, sans cesse, des raisons de donner d'autres directions à notre existence Scène 20 : Johannes Brahms: En réalité, le dimanche, elle ne pensait qu'à cette visite et sitôt le déjeuner fini, Candy avait hâte que nous quittions la salle à manger pour qu'elle pût monter occuper ma tante. Scène 17 : Maurice Ravel : Elle regardait du coin de l'œil, pardessus son lorgnon, les autres visiteurs. De plus. Ce n'est pas. Scène 8 : Johannes Brahms Bo dit... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
08 septembre 2012

Acte VIII

Scéne 2 (Ronald Reagan) : ce bouton de la porte de ma chambre, qui différait pour moi de tous les autres boutons de porte du monde en ceci qu'il semblait ouvrir tout seul, sans que j'eusse besoin de le tourner, tant le maniement m'en était devenu inconscient, le voilà qui servait maintenant de corps astral à Golo (Wolfgang Amadeus Mozart) : il admire tout avec philosophie. (Ronald Reagan) : il veut avoir raison même quand il a tort. Scène 8 (Jacopo Baboni-Schilingi) : on ne prononçait pas ce mot, on ne déclarait pas cette origine... [Lire la suite]