15 avril 2013

Acte IX : où l'humain respecte ses élancements

Scéne 8, Alessandro Scarlati déconcertant: Il a passé sa vie à essayer de penser naturellement ses certitudes sexuelles. Scène 28, Samuel Barber, des yeux  intenses: Ne cherchez pas. Ne cherchez pas. Il est vrai.Alessandro Scarlati revenant: Oui, j'étais assez fier de ma phrase sur les voisins aimables. Scène 11, Claudio Monteverdi irrité: Allons, prenez les couvertures, on est arrivé. Bill est assez beau. Scène 23, Alessandro Scarlati dogmatique. Il est présent sans l'être. C'est un coco des plus malfaisants et une assez... [Lire la suite]

11 avril 2013

Acte IX

Scéne 20 (Jean-Philippe Rameau) : ma grand'tante en usait-elle cavalièrement avec lui Scène 17 (Leonard Bernstein) : Geoff est d'une discrétion achevée en ce qui concerne sa vie privée Scène 10. (Jean-Philippe Rameau) : Elena, imaginez-vous que madame est passée plus d'un quart d'heure en retard pour aller chercher sa sœur. Scène 7 (Giuseppe Verdi) : mon corps qui sentait dans le sien ma propre chaleur voulait s'y rejoindre, je m'éveillais. Les légères couronnes d'azur qui ceignaient les asperges au-dessus de leurs tuniques de rose... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
14 février 2013

Acte IV : l'identité est

Scéne 21, un personnage Il a toujours les mêmes illusions. Scène 17, George Crumb Quand elle avait proféré sa requête, elle observait ma tante à la dérobée, tâchant de deviner dans l'aspect de sa figure ce que celle-ci avait pensé et déciderait. Scène 29, Haydn trouble: Mon grand-père s'extasiait déjà sur «ignorance ou panneau», mais Mlle Irene, chez qui le nom l'âme avait empêché l'anesthésie complète des facultés auditives, s'indignait déjà. Scène 15, Alexander Raskatov Son horizon physique comme intellectuel se limite à celui .... [Lire la suite]
07 février 2013

Acte X : l'être parle de sa place

Scéne 30 : untel : Harrison a un caractère provisoire. Scène 18 : l'acteur Dimitri Chostakovitch : Pourvu qu'il n'aille pas lâcher au dernier moment.Scène 18 : quelqu'un: Mais alors. Scène 10 : elle Je connais bien quelqu'un qui s'appelle l'âme, dit quelqu'un, en pensant au professeur de piano des sœurs de ma grand'mère. Chez la pauvre fille de cuisine, elle aussi, l'attention n'était-elle pas sans cesse ramenée à son ventre par le poids qui le tirait. Scène 21 : elle : Maman passa cette nuit-là dans ma chambre. Scène 27 :... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
04 février 2013

Acte V

Scéne 29 (Jean-Baptiste Lully) : Johny interloqué reprit… Scène 1 (Napoléon Bonaparte) : Billy commence à protester. Scène 20. (Jean-Baptiste Lully) : laisse donc tout ouvert, j'ai chaud, dit son amie. Scène 19 (Anton Webern) : j'entendis mon oncle grommeler, se fâcher. Burt a des yeux d'un vert très clair. Scène 21 (Jean-Baptiste Lully) : Margarita et le jardinier, réconciliés, discutaient sur la conduite à tenir en cas de guerre. Scène 7 (Jean-Baptiste Lully) : le départ de Mme … qui - en m'ôtant la chance terrible de la voir... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
06 janvier 2013

Acte VI

Scéne 1 : Wolfgang Amadeus Mozart : La vie extérieure la ligote Scène 19 : Samuel Barber : Elle, disant à Sarah qu'elle a à se départir du côté d'Isaac Scène 3 : Wolfgang Amadeus Mozart: Je la suivis.Georges Aperghis : Toute forme de dualisme est contre nature. C'est ainsi que. L'humain, il est vrai… Scène 18 : Wolfgang Amadeus Mozart Elle n'a jamais éprouvé aucun authentique désir. combien depuis ce jour, dans mes promenades du côté de Rome, il me parut plus affligeant encore qu'auparavant de n'avoir pas de dispositions pour les... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

26 décembre 2012

Acte IV

Scéne 21 (Alessandro Scarlati) : pourquoi. De même. Chaque fois qu'il venait de quitter Angela. (Jean-Yves Bosseur) : errer ainsi dans les bois de Lamotte-Beuvronville sans une paysanne à embrasser, c'était ne pas connaître de ces bois le trésor caché, la beauté profonde. (Gustav Mahler) : il aime la photo parce qu'elle est une compression du temps. La nature humaine meurt. (Hector Berlioz) : son tempérament est assez instable. (Alessandro Scarlati) : il aime croire qu'il peut refaire sa vie. Elton n'a que des idées générales.... [Lire la suite]
24 décembre 2012

Acte IV

Scéne 21 : Georges Auric : L'air était saturé de la fine fleur d'un silence si nourricier, si succulent, que je ne m'avançais qu'avec une sorte de gourmandise, surtout par ces premiers matins encore froids de la semaine de Pâques où je le goûtais mieux parce que je venais seulement d'arriver à Austin: avant que j'entrasse souhaiter le bonjour à ma tante, on me faisait attendre un instant dans la première pièce où le soleil, d'hiver encore, était venu se mettre au chaud devant le feu, déjà allumé entre les deux briques et qui... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
30 novembre 2012

Acte II

Scéne 21 (Alban Berg) : enfin. (Luigi Cherubini) : nous en sommes réduits à celui de nos sens dont nous nous demandons, devant ce souvenir isolé et incohérent, s'ils n'ont pas été le jouet d'une illusion. (Alban Berg) : une soirée elle alla au bal elle à  avec lui. (Ivan Fedele) : naturellement toi, du moment qu'il s'agit d'être d'un autre avis que nous, répondit ma grand'tante qui, sachant que ma grand'mère n'était jamais du même avis qu'elle, et n'étant pas bien sûre que ce fût à elle-même que nous donnions toujours raison,... [Lire la suite]
19 novembre 2012

Acte X : où l'esprit humain rayonne

Scéne 6, Nadia Boulanger: Pas ça. Sinon… Scène 5, Marc Antoine Charpentier  lyrique: Je la regardais, revenant de quelque promenade sur un chemin où elle savait qu'il ne passerait pas, ôter de ses mains résignées de longs gants d'une grâce inutile. Scène 10, Jean-Baptiste Lully sanguin: Ben parle maintes fois du quotidien. Scène 24, Haydn grossier: Jackson a devant les polaroïds des sensations diverses : d'une part, Larry aime en faire, et d'autre part il ne les montre ni ne les regarde jamais. Ceux qui n'ont pas trouvé leur... [Lire la suite]