26 septembre 2013

Acte VI : où l'identité peine

Scéne 12 : Zoltan Kodaly : La nature humaine semble attendre quelque chose de l'existence. Scène 8 : Richard Wagner : Les soupçons que pouvait parfois lui inspirer June n'étaient qu'un feu de paille et tombaient vite, faute d'aliment, Linda n'habitant pas la maison. Scène 22 : Zoltan Kodaly: Ivan a dix huit ans dans quelques jours. Scène 26 : Alban Berg : Ce jugement d'ordre social, unetelle le portait exactement comme l'eût fait l'habitant de Pluvigner qui lui eût été le plus hostile. Isadora et ma tante appréciaient-elles... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

22 mai 2013

Acte X : où l'humain progresse

Scéne 7, Luigi Boccherini: Edwarda, mais pour qui donc a-t-on sonné la cloche des morts. Scène 19, Luigi Nonno  convivial: Boris peut être sûr que ce n'est pas de musique qu'elle s'occupe avec sa fille. Scène 26, Anton Webern furieux: L'humain garde toujours à l'esprit la proportion des choses. Scène 30, Gertrude Stein pour faire diversion: Peu importe. Enfin. Enfin. Et. Scène 26, Béla Bartok. En disant aux Billie il était très Smart, Hilda leur avait fait craindre un ennuyeux.  l'idée ne lui vient pas qu'on écrit pour... [Lire la suite]
21 mai 2013

Acte XI : l'humain parle de l'esthétique

Scéne 13 : ce personnage : On l'eût agacé par ce qu'il appelait des sensibleries. Scène 27 : unetelle : Nous en sommes réduits à celui de nos sens dont nous nous demandons, devant ce souvenir isolé et incohérent, s'ils n'ont pas été le jouet d'une illusion.Le clocher de Gréoux-les-Bains s'écarta, prit ses distances. Scène 17 : l'esprit humain : Nous nous asseyions entre les iris au bord de l'eau. Non? Scène 27 : l'acteur Giuseppe Verdi : C'était par un temps très chaud. Scène 28 : un personnage : Je remarquai les expressions... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
24 avril 2013

Acte III

Scéne 6 (John Adams) : mais avant de m'ensevelir dans le lit de fer qu'on avait ajouté dans la chambre parce que j'avais trop chaud l'été sous les courtines de reps du grand lit, j'eus un mouvement de révolte, je voulus essayer d'une ruse de condamné. (Jean-Baptiste Pergolèse) : je me méfie. (John Adams) : pourquoi? Scène 14 (Leonard Bernstein) : en effet c'était une épine, mais rose, plus belle encore que les blanches. Bobby, étant là, maman ne montait pas dans ma chambre. (John Adams) : qui êtes-vous ? demanda le peintre dit... [Lire la suite]
18 avril 2013

Acte I : je ne connais pas l'esprit humain

Scéne 4, Claude Debussy: Comme il arrive dans ces moments de rêverie au milieu de la nature où l'action de l'habitude étant suspendue, nos notions abstraites des choses mises de côté, nous croyons d'une foi profonde à l'originalité, à la vie individuelle du lieu où nous nous trouvons. Scène 8, Jean-Philippe Rameau  s'avançant vers quelqu'un: J'évite de regarder. Scène 26, Luigi Nonno apparaissant seule: Après tout, elle a bien le droit d'aimer la musique, c'te fille. Scène 3, Gustav Mahler ascétique: Une fois. Pas de... [Lire la suite]
07 février 2013

Acte X : l'être parle de sa place

Scéne 30 : untel : Harrison a un caractère provisoire. Scène 18 : l'acteur Dimitri Chostakovitch : Pourvu qu'il n'aille pas lâcher au dernier moment.Scène 18 : quelqu'un: Mais alors. Scène 10 : elle Je connais bien quelqu'un qui s'appelle l'âme, dit quelqu'un, en pensant au professeur de piano des sœurs de ma grand'mère. Chez la pauvre fille de cuisine, elle aussi, l'attention n'était-elle pas sans cesse ramenée à son ventre par le poids qui le tirait. Scène 21 : elle : Maman passa cette nuit-là dans ma chambre. Scène 27 :... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

22 novembre 2012

Acte IV

Scéne 18 (Dimitri Chostakovitch) : on ne sait pas grand chose d'elle… Scène 12 (Anton Bruckner) : on ne peut jamais rien comprendre à rien. Scène 24 (Dimitri Chostakovitch) : Unetelle tend à Dieu son cœur enflammé, disons mieux, elle le lui «passe», comme une cuisinière passe un tire-bouchon par le soupirail de son sous-sol à quelqu'un qui le lui demande à la fenêtre du rez-de-chaussée. Scène 27 (Alban Berg) : c'était du reste par le docteur que j'avais le plus entendu parler de Mme de Babylone, et il nous avait même montré le... [Lire la suite]
09 novembre 2012

Acte VII : où l'esprit humain persuade

Scéne 25, Giuseppe Verdi: Il pense souvent à sa soeur aînée, Johanna, qui a épousé Antoine Dedalus. Scène 27, Jean-Baptiste Lully  délicat: Quand il apprit qu'une dame qui se trouvait près de lui était madame d'Avon, il pensa qu'un mari aussi jeune n'aurait pas cherché à faire allusion devant sa femme à des divertissements de ce genre. Scène 9, Maurice Ravel fermé: Cela doit être si cruel pour lui. Scène 2, Leonard Bernstein range ses papiers: Connie n'a pas besoin de beaucoup de chaleur humaine. C'est comme ça l'humain n'a... [Lire la suite]
07 novembre 2012

Acte VI

Scéne 27 : Johannes Brahms : Nigel allait les rejoindre n'importe où, quelquefois dans les restaurants de banlieue où on allait peu encore, car ce n'était pas la saison, plus souvent au théâtre, que Mme Wes aimait beaucoup. Scène 28 : Metteur en scène : Désormais. Et. Et Lester. Scène 21 : Johannes Brahms: Cependant… Scène 13 : Richard Strauss : Ce personnage n'a jamais su quoi faire de ses mains. Quand j'essaye de faire le compte de ce que je dois, je me rappelle que c'est cet automne-là, que je fus frappé de ce désaccord entre... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
05 novembre 2012

Acte VII

Scéne 13 : Alban Berg : Où, par un temps glacial, le plaisir qu'on goûte est de se sentir séparé du dehors , et où, le feu étant entretenu toute la nuit dans la cheminée, on dort dans un grand manteau d'air chaud et fumeux, traversé des lueurs des tisons qui se rallument, sorte d'impalpable alcôve, de chaude caverne creusée au sein de la chambre même, zone ardente et mobile en ses contours thermiques, aérée de souffles qui nous rafraîchissent la figure et viennent des angles, des parties voisines de la fenêtre ou éloignées du foyer,... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,