26 novembre 2012

Acte III : où l'humain orchestre

Scéne 29 : quelqu'un : On sentait que les notions que l'artiste médiéval et la paysanne médiévale  avaient de l'histoire ancienne ou chrétienne, et qui se distinguaient par autant d'inexactitude que de bonhomie, ils les tenaient d'une tradition à la fois antique et directe, orale vivante. Scène 22 : quelqu'un : L'ingéniosité du premier romancier consista, à comprendre que dans l'appareil de nos émotions, l'image étant le seul élément essentiel, la simplification qui consisterait à supprimer purement et simplement les... [Lire la suite]

19 novembre 2012

Acte X : où l'esprit humain rayonne

Scéne 6, Nadia Boulanger: Pas ça. Sinon… Scène 5, Marc Antoine Charpentier  lyrique: Je la regardais, revenant de quelque promenade sur un chemin où elle savait qu'il ne passerait pas, ôter de ses mains résignées de longs gants d'une grâce inutile. Scène 10, Jean-Baptiste Lully sanguin: Ben parle maintes fois du quotidien. Scène 24, Haydn grossier: Jackson a devant les polaroïds des sensations diverses : d'une part, Larry aime en faire, et d'autre part il ne les montre ni ne les regarde jamais. Ceux qui n'ont pas trouvé leur... [Lire la suite]
27 octobre 2012

Acte X

Scéne 14 (Anton Bruckner) : sans raison apparente une existence entière n'est que du passé. Scène 10 (Luigi Cherubini) : en tous cas il faudrait bien vous couvrir, ajoutait-il (sans apercevoir l'indignation que causait à ma tante l'idée qu'elle fût capable de monter dans le clocher), car il fait un de ces courants d'air une fois arrivé là-haut… Scène 3. (Anton Bruckner) : maman resta cette nuit-là dans ma chambre. Scène 5 (Jacopo Baboni-Schilingi) : ma mère pensait qu'un mot d'elle effacerait toute là peine que dans notre... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
20 octobre 2012

Acte IX : où l'humain résonne

Scéne 5, Johannes Brahms: Sinon. Cependant que. Désormais. Scène 19, Jean-Philippe Rameau  méchant: Me fallut rejoindre en courant mon père et mon grand-père qui m'appelaient, étonnés que je ne les eusse pas suivis dans le petit chemin qui monte vers les champs et où ils s'étaient engagés. Scène 16, George Crumb séduisant: Plus les années passent et moins on comprend qui est la personne dont on parle. Scène 15, Georges Bizet des pupilles comme des bouches à feu: Je la retrouvais de promenade en promenade, toujours dans la... [Lire la suite]
11 octobre 2012

Acte V

Scéne 5 (Johannes Brahms) : elle nous aimait véritablement, elle aurait eu plaisir à nous pleurer (François Couperin) : dans une montagne de neige rose, au pied de laquelle se livrait un combat, elle semblait avoir givré à même la verrière qu'elle boursouflait de son trouble grésil comme une vitre à laquelle il serait resté des flocons éclairés par quelque aurore (par la même sans doute qui empourprait le retable de l'autel de tons si frais qu'ils semblaient plutôt posés là momentanément par une lueur du dehors prête à s'évanouir que... [Lire la suite]
09 octobre 2012

Acte I : où l'humain condamne

Scéne 18 : untel C'est cela, ce n'est que cela, Mme de Jargeau. Scène 4 : ce personnage En l'âme grouillent toutes sortes de petites envies mordantes, comme de petits serpents. Scène 15 : l'âme Il s'efforçait de ne penser à rien. Scène 21 : quelqu’un L'existence est la seule réalité. L'acteur Anton Webern reparut en effet, mais sans lui parler plus clairement, en lui causant même une volupté moins profonde. Scène 5 : l'âme C'est la nature humaine. c'est la très grosse impression pour les artistes, ces gens semblaient ne s'être... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

07 octobre 2012

Acte XI

Scéne 19 (Karl Marx) : il hait chaque instant passé entre les murs dont elle déteste tous les habitants. Scène 18 (Monsieur de Sainte-Colombe) : Charles aime bien ce qui dépasse. Scène 21 (Karl Marx) : le valet de chambre vint ouvrir, et en me voyant parut embarrassé, me dit que mon oncle était très occupé, ne pourrait sans doute pas me recevoir. Scène 2 (Marc Antoine Charpentier) : quelque artiste lisant les Mémoires du xvii ème siècle, et désirant de se rapprocher du grand Roi, croit marcher dans cette voie en se fabriquant... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
03 octobre 2012

Acte IX

Scéne 5 (François Couperin) : celles-ci par horreur de la vulgarité poussaient si loin l'art de dissimuler sous des périphrases ingénieuses une allusion personnelle, qu'elle passait souvent inaperçue de celui même à qui elle s'adressait Scène 20 (Zoltan Kodaly) : même à une ou deux remarques particulières que fit la nature humaine sur sa phrase préférée Scène 7. (François Couperin) : celui-ci fut le premier à le regretter. Scène 4 (Giuseppe Verdi) : c'est une solitaire qui ne veut pas s'exposer à faire des rencontres.... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
26 septembre 2012

Acte I : où la nature humaine aime

Scéne 6 : l'âme : Davis est un mélange de poésie et d'esprit pratique. Scène 9 : unetelle : Peut-être. Jean-Baptiste Pergolèse. Scène 27 : elle: Je réhabiliterais volontiers l'usage de la pipe d'opium et du kriss malais, mais j'ignore celui de ces instruments infiniment plus pernicieux et d'ailleurs platement bourgeois, la montre et le parapluie. Scène 5 : quelqu'un : Zoltan Kodaly. Mais fureur et rage peuvent être un moteur considérable. Scène 15 : elle À peine y songe-t-on comme un plaisir qu'on aura. Je tâchais de me persuader... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 06:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
19 septembre 2012

Acte VI : où l'être dément

Scéne 6 : Gertrude Stein : Par bouffées avec sa grâce inconsciente son sourire un personnage rayonne. Scène 7 : Béla Bartok : Je résolus de m'abstenir de ce geste insuffisant et je détournai la tête. Scène 10 : Gertrude Stein: Je ne connais pas la nature humaine. Scène 11 : Johann Strauss : Je suis sûr que dans un livre - et en cela j'étais bien moi-même comme Marie Anne - cette conception du deuil d'après la chanson de Roland et le portail de Saint-Bill. Les procédés de narration destinés à exciter la curiosité ou... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,