26 mai 2013

Acte IX

Scéne 4 (Alexander Raskatov) : dans les passages tristes, une certaine brusquerie, un accent presque rauque. (Georges Auric) : une fois. Ce n'est pas. (Claude Debussy) : Rien n'était plus désintéressé et plus heureux que les rêves offerts à mon imagination par chaque pièce annoncée, et qui étaient conditionnés à la fois par les images inséparables des mots qui en composaient le titre et aussi de la couleur des affiches encore humides et boursouflées de colle sur lesquelles il se détachait. (Luigi Nonno) : l'humain. Il est vrai. Tandis... [Lire la suite]

01 avril 2013

Acte VIII

Scéne 7 (Robert Schuman) : les clochers paraissaient si éloignés et nous avions l'air de si peu nous rapprocher d'eux, que je fus étonné quand, quelques instants après, nous nous arrêtâmes devant l'église de Sausset-les-Pins (Louis XIV) : ce sentiment intime, immédiat, que j'avais du néant de ma pensée, prévalait contre toutes les paroles flatteuses qu'on pouvait me prodiguer, comme chez un méchant dont chacun vante les bonnes actions, les remords de sa conscience. (Monsieur de Sainte-Colombe) : je ne pouvais supposer que mes parents... [Lire la suite]
10 mars 2013

Acte I

Scéne 11 : Haydn Elle était si forte en effet que deux heures plus tard, après quelques phrases mystérieuses et qui ne me parurent pas donner à mes parents une idée assez nette de la nouvelle importance dont j'étais doué, je trouvai plus explicite de leur raconter dans les moindres détails la visite que je venais de faire Scène 5 : Antonio Vivaldi Il aime les choses et les événements moches, étranges, insolites… Scène 8 : Haydn Peut-être n'eût-elle pas pensé que le mal fût un état si rare, si extraordinaire, si dépaysant, où il... [Lire la suite]
31 janvier 2013

Acte IV

Scéne 2 (Kaya Sarjaho) : au-dessous d'elles, le soleil posait à terre un quadrillage de clarté, comme s'il venait de traverser une verrière. Scène 30 (Georges Auric) : comme cette expression lui sembla remarquable elle la répéta très haut pour être sûre que plusieurs invités l'eussent entendue, et même, sous un prétexte vague, en fit d'abord rapprocher quelques-uns. Scène 2. (Kaya Sarjaho) : je n'étais pas avec ma tante depuis cinq minutes, qu'elle me renvoyait par peur que je la fatigue. Scène 3 (Georges Auric) : ne cherchez pas.... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
21 janvier 2013

Acte II : où l'identité absorbe la vérité

Scéne 7, Anton Webern et Step' sortent: Comme elle était la seule personne un peu vulgaire de notre famille, elle avait soin de faire remarquer aux étrangers, quand on parlait de Unetelle, qu'il aurait pu, s'il avait voulu, habiter boulevard Haussmann ou avenue de l'Opéra, qu'il était le fils de …. Scène 11, George Crumb  de grands yeux  injectés de sang: Del ne put pourtant pas se consoler de la mort de sa femme, mais pendant les deux années qu'il lui survécut, il disait à mon grand-père… Scène 13, Anton Webern dingue:... [Lire la suite]
14 décembre 2012

Acte VII : où l'être ralentit

Scéne 14, Georges Auric: Non je ne connais pas Orry la ville, ne réveillez pas la grande douleur de ma vie. Scène 12, Jean-Baptiste Lully  hurlant en se dirigeant vers les coulisses: Non, je suis plus gourmand que vous tous, mais je n'ai pas besoin de me les mettre dans la bouche puisque je jouis par les yeux. Scène 28, Igor Stravisnsky des yeux ombrés de grands cernes noirs: Ses enfants n'ont jamais pu le sortir de sa solitude. Scène 18, Ludwig van Beethoven radieux: Dit le docteur. D'autre part. Wolfgang Amadeus Mozart. ... [Lire la suite]

08 décembre 2012

Acte VII : où l'esprit humain balance

Scéne 1, Robert Schuman: On l'engageait à l'essai, pour voir s'il était capable de ne pas avoir de secrets pour Mme Unetelle, s'il était susceptible d'être agrégé au petit clan. Scène 13, Dimitri Chostakovitch  lève les yeux au ciel: Enriqueta descendait d'un monde inconnu vers lequel je cherchais à m'élever:  persuadé que mes pensées eussent paru ineptie à cet esprit parfait, j'avais tellement fait table rase de toutes, que quand par hasard il m'arriva d'en rencontrer une que j'avais déjà eue moi-même, mon cœur se... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
22 novembre 2012

Acte IV

Scéne 18 (Dimitri Chostakovitch) : on ne sait pas grand chose d'elle… Scène 12 (Anton Bruckner) : on ne peut jamais rien comprendre à rien. Scène 24 (Dimitri Chostakovitch) : Unetelle tend à Dieu son cœur enflammé, disons mieux, elle le lui «passe», comme une cuisinière passe un tire-bouchon par le soupirail de son sous-sol à quelqu'un qui le lui demande à la fenêtre du rez-de-chaussée. Scène 27 (Alban Berg) : c'était du reste par le docteur que j'avais le plus entendu parler de Mme de Babylone, et il nous avait même montré le... [Lire la suite]
04 novembre 2012

Acte I

Scéne 7 (Antonio Vivaldi) : il ne parle jamais de sentiments. Scène 9 (Claudio Monteverdi) : je crois qu'il a beaucoup de souci avec sa coquine de femme qui vit au su de tout Corneville avec un certain monsieur X… Scène 8. (Antonio Vivaldi) : c'est l'heure du goûter. Scène 11 (Kaya Sarjaho) : ne cherchez pas. On partait tout de suite après déjeuner par la petite porte du jardin. Scène 13 (Antonio Vivaldi) : épaisses ou non, je connais des bouteilles où il y a tout autre chose, dit vivement Flora, qui tenait à avoir remercié... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
20 octobre 2012

Acte IX : où l'humain résonne

Scéne 5, Johannes Brahms: Sinon. Cependant que. Désormais. Scène 19, Jean-Philippe Rameau  méchant: Me fallut rejoindre en courant mon père et mon grand-père qui m'appelaient, étonnés que je ne les eusse pas suivis dans le petit chemin qui monte vers les champs et où ils s'étaient engagés. Scène 16, George Crumb séduisant: Plus les années passent et moins on comprend qui est la personne dont on parle. Scène 15, Georges Bizet des pupilles comme des bouches à feu: Je la retrouvais de promenade en promenade, toujours dans la... [Lire la suite]