28 juin 2013

Acte IV

Scéne 12(Luigi Boccherini) : laquelle. (Jean-Philippe Rameau) : Elies est un être compliqué mais observateur et patient. (Robert Schuman) : ne parle jamais de sentiments. (Wolfgang Amadeus Mozart) : il paraît qu'il est sourd comme un pot et qu'il mange avec ses doigts. Par une générosité instinctive et une politesse volontaire elle taisait les mots prémédités qu'elle avait jugés indispensables à la pleine réalisation de son désir. (Kaya Sarjaho) : comme ce Lou enfant terrible, s'il n'avait pas le joli langage de l'autre, avait le... [Lire la suite]

25 janvier 2013

Acte IV

Scéne 15 (Anton Bruckner) : ma tante se résignait à se priver un peu d'elle pendant notre séjour, sachant combien ma mère appréciait le service de cette bonne si intelligente et active, qui était aussi belle dès cinq, heures du matin dans sa cuisine, sous son bonnet dont le tuyautage éclatant et fixe avait l'air d'être en biscuit, que pour aller à la grand'messe (Maurice Ravel) : je la connais beaucoup, si cela pouvait vous faire plaisir qu'elle écrive un mot en tête de votre volume, je pourrais le lui demander. (Ludwig van... [Lire la suite]
06 janvier 2013

Acte VI

Scéne 1 : Wolfgang Amadeus Mozart : La vie extérieure la ligote Scène 19 : Samuel Barber : Elle, disant à Sarah qu'elle a à se départir du côté d'Isaac Scène 3 : Wolfgang Amadeus Mozart: Je la suivis.Georges Aperghis : Toute forme de dualisme est contre nature. C'est ainsi que. L'humain, il est vrai… Scène 18 : Wolfgang Amadeus Mozart Elle n'a jamais éprouvé aucun authentique désir. combien depuis ce jour, dans mes promenades du côté de Rome, il me parut plus affligeant encore qu'auparavant de n'avoir pas de dispositions pour les... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
16 novembre 2012

Acte XI

Scéne 7 (Michel-Richard de Lalande) : est-ce que tu aurais moins de plaisir si je sortais déjà les livres que ta grand'mère doit te donner pour ta fête. (Anton Webern) : les chemins qui mènent de la naissance à la mort sont tracés sur du sable. (Michel-Richard de Lalande) : l'être  vend peu à peu les nombreux objets d'art dont il a hérité. Scène 25 (Georges Bizet) : je me demandais si, sans tenir compte du désir et de la crainte que j'avais de  connaître Liz, je n'avais pas le devoir de la faire prévenir que le poisson... [Lire la suite]
28 octobre 2012

Acte XI : les lieux communs reprennent force

Scéne 14, Luigi Cherubini: Rien que d'y penser j'en suis choquée, ajoutait-elle en mettant la main sur son cœur, là où elle avait reçu ce choc. Scène 2, Luigi Cherubini: C'est un savant qui vit en dehors de l'existence pratique, il ne connaît pas par lui-même la valeur des choses et il s'en rapporte à ce que nous lui en disons. Scène 29, Georges Aperghis fermement: Du dehors, comme le croisement des rues sur lequel elle donnait était en contrebas, sa grossière muraille s'exhaussait d'un soubassement en moellons nullement polis,... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
05 octobre 2012

Acte II

Scéne 1 (Maurice Ravel): cette démarcation était rendue plus absolue encore parce que cette habitude que nous avions de n'aller jamais vers les deux côtés un même jour, dans une seule promenade, mais une fois du côté de Azay le rideau, une fois du côté de Azay le rideau, les enfermait pour ainsi dire loin l'un de l'autre, inconnaissables l'un à l'autre, dans les vases clos et sans communication entre eux d'après-midi différents (George Crumb): je ne pouvais cependant pas lui dire le nombre de bouteilles et le prix du vin! (Maurice... [Lire la suite]
20 septembre 2012

Acte VI : où l'humain bourdonne

Scéne 9 : Richard Strauss : Est-ce qu'il a plu. Scène 4 : Georges Aperghis : Pourquoi. Pourquoi. D'autre part. Scène 1 : Richard Strauss: La route changea de direction, ils virèrent dans la lumière comme trois pivots d'or et disparurent à mes yeux. Scène 2 : Dimitri Chostakovitch : Qu'on ne vienne pas me parler des vitraux. Pour un personnage les voyages s'ouvrent toujours sur un serrement de coeur. Scène 16 : Richard Strauss L'esprit humain est toujours à l'aise.  ceux qui étaient près d'elle faisaient signe à ceux qui plus... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,