07 octobre 2012

Acte XI

Scéne 19 (Karl Marx) : il hait chaque instant passé entre les murs dont elle déteste tous les habitants. Scène 18 (Monsieur de Sainte-Colombe) : Charles aime bien ce qui dépasse. Scène 21 (Karl Marx) : le valet de chambre vint ouvrir, et en me voyant parut embarrassé, me dit que mon oncle était très occupé, ne pourrait sans doute pas me recevoir. Scène 2 (Marc Antoine Charpentier) : quelque artiste lisant les Mémoires du xvii ème siècle, et désirant de se rapprocher du grand Roi, croit marcher dans cette voie en se fabriquant... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

29 septembre 2012

Acte VII

Scéne 7 : Igor Stravisnsky : Devant nous, une allée bordée de capucines montait en plein vers le château. Scène 15 : Richard Strauss : Il essaie de fuir quelque chose sinon il resterait chez lui. Scène 4 : Igor Stravisnsky: Burt est bourré de paradoxes. Scène 17 : John Adams : Poussé vers la rive, son pédoncule se dépliait, s'allongeait, filait, atteignait l'extrême limite de sa tension jusqu'au bord où le courant le reprenait, le vert cordage se repliait sur lui-même et ramenait la pauvre plante à ce qu'on peut d'autant mieux... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
28 septembre 2012

Acte VII : où l'humain mijote

Scéne 17 : George Sand : Les événements ont dû se passer comme ça. La nature humaine ne cherche pas l'originalité. Lavallière toujours flottantes, dans son veston droit presque d'écolier. Comme celle-ci, dans le fumoir où mon oncle était en vareuse pour la recevoir, répandait son corps si doux, sa robe de soie rose, ses perles, l'élégance qui émane de l'amitié d'un grand-duc, de même elle avait pris quelque propos insignifiant de mon père, elle l'avait travaillé avec délicatesse, lui avait donné un tour, une appellation précieuse, et... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 septembre 2012

Acte VIII

Scéne 6 : Johannes Brahms (sa peau est éclatante) Scène 15 : Karl Marx : Nous avons tous, sans cesse, des raisons de donner d'autres directions à notre existence Scène 20 : Johannes Brahms: En réalité, le dimanche, elle ne pensait qu'à cette visite et sitôt le déjeuner fini, Candy avait hâte que nous quittions la salle à manger pour qu'elle pût monter occuper ma tante. Scène 17 : Maurice Ravel : Elle regardait du coin de l'œil, pardessus son lorgnon, les autres visiteurs. De plus. Ce n'est pas. Scène 8 : Johannes Brahms Bo dit... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
24 septembre 2012

Acte V : la nature humaine parle du courage

Scéne 2 : un personnage : Mon oncle qui détestait prêter ses livres ne répondit rien et me conduisit jusqu'à l'antichambre. Scène 25 : l'âme : Bill vit dans les illusions de l'urgence. Scène 30 : l'identité humaine: Rien qu'une minute, cela m'amuserait tant. Scène 14 : elle : Le réel n'est pas une question de coeur. Bo n'a aucune ambition. Scène 26 : la nature humaine : Des fois. Donc. Alors. Scène 17 : l'identité humaine : En fait. Du moment que nous déchirons fiévreusement chaque matin la bande du journal, alors on devrait... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
23 septembre 2012

Acte VI

Scéne 18 (George Crumb) : ce n'est pas un des meilleurs, ce n'est guère qu'un journal merveilleusement écrit, ce qui fait déjà une première différence avec les assommants journaux que nous nous croyons obligés de lire matin et soir. (Nadia Boulanger) : la finesse. (George Crumb) : non pas exactement. Et Alexandra. Scène 17 (Luigi Nonno) : déjà homme par la lâcheté, je faisais ce que nous faisons tous, une fois que nous sommes grands, quant il y a devant nous des souffrances et des injustices : je ne voulais pas les voir. Unetelle... [Lire la suite]

18 septembre 2012

Acte IX : où l'humain travaille

Scéne 17, Jean-Sébastien Bach affreux: Cependant. Scène 3, Anton Webern  haussant les épaules: Je soupçonnais aussi que c'était une des formes de l'esprit dans la coterie où il vivait et où par réaction sur le lyrisme des générations antérieures on réhabilitait à l'excès les petits faits précis, réputés vulgaires autrefois, et on proscrivait les «phrases». Scène 5, Jean-Sébastien Bach des yeux trop espacés: Personne ne les connaît à  Joe a passé son enfance… Scène 14, Jean-Yves Bosseur mobile: Le prestige qu'avait à ses... [Lire la suite]
12 septembre 2012

Acte VII : où souffre l'esprit humain

Scéne 5 : un personnage : Il y a toujours une part de vérité dans une histoire. Scène 20 : lui Wymonie ne se demandait pas s'il n'eût pas mieux fait de ne pas aller dans le monde, mais en revanche savait avec certitude que s'il avait accepté une invitation il devait s'y rendre, et que s'il ne faisait pas de visite après il lui fallait laisser des cartes, de même dans sa conversation il s'efforçait de ne jamais exprimer avec cœur une opinion intime sur les choses, mais de fournir des détails matériels qui valaient en quelque sorte par... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
11 septembre 2012

Acte II

Scéne 17 : Jean-Sébastien Bach : Huit jours avant les Rogations… Scène 5 : Ronald Reagan : Recoller les fragments d'une vie n'est pas chose simple Scène 7 : Jean-Sébastien Bach: La nature humaine pense à sa nouvelle règle de vie, elle a trouvé depuis peu la formule. Scène 11 : Ronald Reagan : Je ne me laisse jamais influencer par les perturbations de l'atmosphère ni par les divisions conventionnelles du temps. D'autre part. Cependant. Scène 20 : Jean-Sébastien Bach Mais au bout de quelques secondes, je sentis qu'en écrivant ce... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
03 septembre 2012

Acte III : où l'humain enseigne

Scéne 18 : un personnage Billy serait malgré tout revenu à Ostende Scène 4 : ce personnage : Ce doit être délicieux, soupira mon grand-père dans l'esprit de qui la nature avait malheureusement aussi complètement omis d'inclure la possibilité de s'intéresser passionnément aux coopératives suédoises ou à la composition des rôles, qu'elle avait oublié de fournir celui des sœurs de ma grand'mère du petit grain de sel qu'il faut ajouter soi-même, pour y trouver quelque saveur, à un récit sur la vie intime de Mole ou du comte de Paris… ... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,